bilan zero dechet

3 premiers mois plus verts : le bilan

Voilà environ 3 mois que je me suis lancée dans une démarche de réduction des déchets et de changement d’habitudes vers un mode de vie plus vert.
Ca a valsé dans la chaumière ! En faisant ce bilan, je me rends compte que mine de rien, les lignes ont pas mal bougé.
Il faut dire que je partais d’assez loin.

On mangeait bio, mais pas de saison ni particulièrement local et la réduction du plastique me passait complètement au-dessus.
Du coup, je n’ai pas eu besoin d’énormément de créativité pour trouver des choses à mettre en place. Tout était à faire !
Mais comme il faut bien commencer quelque part, voici les grandes thématiques de ce début d’aventure.

1/ M’informer

J’en ai des choses à apprendre. Rien d’étonnant, puisque je ne me penchais pas du tout sur la question avant.
M’informer, c’est d’une part comprendre les enjeux et les mécanismes qui interviennent dans le zéro déchet. C’est, par exemple, s’informer sur le recyclage, les bonnes pratiques mais aussi comment cela fonctionne réellement. S’informer sur le plastique, les produits nocifs, les compositions à éviter. S’informer sur l’impact environnemental de tel ou tel produit, de telle ou telle habitude.

C’est, aussi, chercher à comprendre à quoi sert chaque ingrédient dans une recette pour ne pas l’appliquer aveuglément. Le Zéro Déchet étant à la mode, il y a énormément d’info sur le sujet, plus ou moins fiables et fouillées.
Généralement, les choses ne sont pas toutes noires ou toutes blanches. On remplace un produit crado par un autre naturel mais venu de l’autre bout du monde, on se dit que sous prétexte que c’est naturel c’est mieux sans toujours savoir que la production de certains produits est très coûteuse en ressources ou toxiques pour ceux qui les fabriquent…

C’est d’autant plus difficile que les industriels ont bien compris les ficelles du green washing, et qu’il faut parfois vraiment creuser pour trouver des infos fiables.
Mais pour moi, c’est une composante essentielle à la démarche, si on veut réussir à maintenir une certaine cohérence.

1/ Le désencombrement

C’était mon défi de février. Je me suis mise à vraiment ressentir le besoin de faire du tri, d’alléger un peu mon chez moi. Pièce par pièce, j’ai écarté ce qui ne me servait pas, le superflu. Ca m’a bien pris deux semaines, à raison de quelques heures chaque soir.
En parallèle, je lisais le livre de Marie Kondo qui, s’il n’a pas été une révolution pour moi, m’a donné un coup de boost. Je n’ai pas suivi sa méthode à la lettre, loin de là, mais j’y ai glané quelques idées de rangement.

J’avais en tête de vendre certaines choses. Au final, j’ai presque tout donné à des actions caritatives. Je n’ai pas eu envie de passer mon peu de temps libre à essayer de vendre des objets 3 euros sur internet. C’est sûr que bout à bout, ça aurait fait une jolie somme mais je ne suis même pas certaine qu’ils auraient trouvés preneurs. Un vide grenier aurait été plus pertinent.

2/ L’alimentation

alimentation bio locale de saison

La révolution numéro une pour moi. C’est sur ce « poste » que se concentrait la plupart de ma consommation de plastique, mais aussi de mes habitudes pas très écolo.

Revoir mon alimentation voulait dire, pêle mêle : arrêter Lidl et trouver de nouveaux fournisseurs, mettre à jour mon carnet de recettes pour avoir plaisir à manger les légumes de saison (surtout que j’ai démarré en hiver, et le chou et le navet ne me provoquent pas de grands frissons) ; faire maison tout ce que je n’achetais plus comme le houmous, les gâteaux pour le goûter, etc. ; prévoir les menus, pour faciliter le processus global.

Cela voulait dire aussi faire ses courses autrement et ça…c’est pas une mince affaire. Avoir toujours un tupperware et ses sacs à vrac sur soi, se fournir à 4 endroits différents pour consommer le plus local et circuit court possible, tout ça demande de l’énergie !

3/ S’équiper

Et par s’équiper, je ne veux pas dire dévaliser une boutique Zéro Déchet. Je me suis rendue compte qu’avec cette tendance, beaucoup de créateurs se sont mis à proposer leurs produits. Lingettes, mouchoirs en tissus, bee wrap, sacs en tissu pour les courses, et j’en passe.

Rien de tout ça pour moi. J’ai collecté les vieux tissus qui ne me servaient plus et je m’en suis servi pour fabriquer mes « lavables » : mouchoirs, torchons, etc.

C’est sûr que pour l’esthétique, ça ne vaut pas les jolis distributeurs fleuris à essuie tout en tissu, mais ça n’a pas d’importance.
J’ai aussi récupéré des douzaines de bocaux en verre des compotes, yaourts et autres sauces que je continue d’acheter.
Après plusieurs messages pas subtils du tout où je me plaignais de pas pouvoir faire mes sacs en tissu faute de machine, Marlène m’en a fabriqué des superbes.
Au final, j’ai juste acheté les incontournables : bicarbonate, vinaigre blanc, luffa…

4/ Ecouler les stocks

Avant de remplacer tous mes produits industriels par du plus naturel, écolo et si possible fait maison, j’avais du stock à écouler. J’arrive tout juste au bout de mes pastilles pour lave-vaisselle, ma lessive, mon déo, le désinfectant à tout faire…
J’écoule aussi petit à petit mes stocks de nourriture, notamment les produits emballés dans du plastique.

5/ Me trouver capillairement parlant

cheveux soin zero dechet naturel

Ca semble un peu anecdotique mais en fait pas tant que ça. Depuis un mois et quelques, je suis passée au shampoing solide et mes cheveux ne me disent pas encore merci.
Cette phase de transition m’a pas mal occupée l’esprit ces dernières semaines. Un vrai désastre le premier mois (cheveux gras, pellicules, la totale) qui commence tout doucement, je crois, à se réguler. Mais je suis loin d’avoir trouvé une routine qui me convient donc je tâtonne encore. Autant pour le reste, utiliser de nouveaux produits ne m’a pas posé problème, autant côté capillaire…c’est un vrai défi.

6/ Prioriser

Le fait de démarrer un blog en même temps qu’une démarche de changement de mode de vie a plein de bons côtés. C’est motivant, ça incite à vraiment se renseigner.
Mais le revers de la médaille, c’est que j’accumule énormément d’idées. Je ne peux évidemment pas toutes les mettre en œuvre à la fois, ce dont je suis tout à fait consciente. Mais j’aimerais !

J’ai plein d’envies, je suis pleine d’entrain. Sauf qu’à côté, j’ai toujours un travail, deux enfants en bas âge, une logistique à assurer. Je dois donc me raisonner et accepter que ce blog n’avance pas aussi vite que j’aimerais, que je ne peux pas en faire autant que ce que j’aimerais.
Découvrir de nouvelles habitudes et me renseigner me fait vraiment vibrer, mais je dois faire attention à ne pas me laisser submerger par ce nouvel intérêt.

Concrètement, en trois mois, voilà ce qui a changé…

  • J’ai désencombré chez moi
  • Je trie mes déchets, même l’organique
  • J’ai lu 5 livres : Objectif zéro déchet, c’est malin de Monica Da Silva, Ca commence par moi de Julien Vidal, Je me libère du sucre de Marion Thelliez et Ranger : l’étincelle du bonheur de Marie Kondo

J’ai arrêté d’acheter…

  • De l’essuie tout
  • Du coton pour changer les enfants
  • Du non bio
  • Des produits emballés dans du plastique, sauf si vraiment vraiment je n’ai pas d’autre choix pour l’instant
  • Des plats préparés
  • Des gâteaux industriels pour mes enfants (mais quelques douceurs à la boulangerie de temps en temps)

J’ai très fortement diminué…

  • Ma consommation de fruits et légumes non locaux et hors saison
  • Ma consommation de viande (une fois tous les 10 jours environ)
  • Le temps de mes douches (5mn max)
  • Ma consommation de produits neufs
  • Mon utilisation du micro ondes

Je me suis mise à utiliser…

  • Des couches lavables, partiellement
  • La cup et des serviettes hygiéniques lavables improvisées
  • Des tupperware pour le fromage et la viande à la coupe que j’achète soient mis dans des tupperware (ce n’est pas toujours couronné de succès)
  • Des mouchoirs lavables (y compris pendant les deux dernières semaines de crève carabinée)
  • Des gourdes pour toute la famille
  • Un tawashi, un luffa, du marc de café et une brosse pour faire ma vaisselle.
  • Du beurre de karité que j’avais en stock comme baume à lèvres
  • Des bocaux en verre et sacs en tissu pour mes achats et pour stocker mes aliments
  • Du savon de Marseille pour ma vaisselle
  • Une extension pour désactiver mes onglets inutilisés sur mon navigateur

Je fais maison…

  • Yaourts, houmous, pâtisseries, compote…
  • Mon dentifrice
  • Mes mouchoirs en tissu
  • Mon désinfectant multi-usage

J’éteins…

  • Les multiprises quand je ne les utilise pas
  • Les lumières
  • Le wifi la nuit

Je privilégie…

  • Les produits de saison
  • Le vrac, (première virée à la boutique de vrac qui n’avait malheureusement pas tout ce dont j’ai besoin et qui pratique certains prix exorbitant)
  • La vente à la coupe
  • Les emballages recyclables (non plastique) quand je ne peux pas acheter en vrac
  • Les boutiques autres que supermarché. Je n’achète plus que mon lait, ma crème, les laits végétaux, la farine et les couches au supermarché. Pour le reste, je tatônne encore, entre la boutique bio, la livraison de caisse de légumes, quelques revendeurs du coin…

J’essaie…

  • De refuser les sacs en papier à la boulangerie, ou dans les boutiques (je ne suis pas toujours assez réactive)
  • D’opérer une « transition capillaire » : shampoing solide, rinçage au vinaigre de cidre, ghassoul, espacement des shampoings…c’est compliqué

Et ce que je fais toujours ?

Et oui, parce qu’il y a encore pas mal de thématiques sur lesquelles je n’ai pas beaucoup changé mes habitudes.

Notamment, parmi ce qui me tracasse :

  • J’amène mes enfants en voiture à la crèche
  • J’utilise beaucoup trop internet
  • Je continue d’acheter une partie demes achats exceptionnels sur internet, faute d’options autour de chez moi

Mes priorités dans les prochaines semaines ?

Pêle-mêle :

  • Faire mes menus avec plus d’assiduité
  • Rôder ma routine courses
  • Tester le batch cooking
  • Faire des laits végétaux
  • Cultiver mes herbes aromatiques
  • Fabriquer un filtre réutilisable pour mon café
  • Optimiser ma routine capillaire
  • Revoir ma recette de dentifrice
  • Faire ma lessive
  • Faire mon produit vaisselle
  • M’équiper en protections hygiéniques
  • Faire mon déo
  • Faire mon tawashi
  • Changer de banque pour mon épargne
  • Revoir mon utilisation d’internet, trier mes mails, etc
  • Me renseigner sur la méthode Fly Lady
  • M’habituer à utiliser mon vélo plus souvent
  • Lire un ou deux livres

4 réflexions sur “ 3 premiers mois plus verts : le bilan ”

  1. Merci beaucoup pour ton témoignage. C’est inspirant et déculpabilisant.

    Répondre

    1. Merci à toi pour ce commentaire qui fait chaud au coeur, ces deux adjectifs résument parfaitement l’intention derrière ce blog !

      Répondre

  2. C’est déjà très bien ce que vous avez mis en place! Les changements se font petit à petit!

    Répondre

Qu'en dites-vous ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.