Ce pantalon.. c’est mon t-shirt ?? Ou comment j’habille ma fille en upcycling

Prendre soin de l’environnement, réduire ses déchets, pour moi, ça commence par consommer moins. J’essaie de bien choisir ce que j’achète en me dirigeant vers des labels qui garantissent une production responsable, mais surtout mon premier pas avant l’achat c’est de bien réfléchir si il est nécessaire, si je peux me tourner vers l’occasion, ou mieux, faire moi-même en faisant de la récup’.

Dès la naissance de ma fille, j’ai commencé à coudre régulièrement des vêtements pour elle. L’idée de les fabriquer moi-même me plaisait beaucoup. J’achetais des tissus à motifs sympas, ce qui me permettait également d’échapper au tout-rose proposé dans les magasins. Et puis j’ai commencé petit à petit à utiliser des tissus de récupération. Je crois que j’ai commencé avec une chemise vraiment abîmée au col qui avait un motif très joli.

> A la fin de l’article, retrouvez un petit tutoriel pour transformer un pull adulte en pantalon enfant

Cette démarche a facilité le tri de vêtements pour mon mari et moi : on traînait tous les deux depuis des années ces vêtements qu’on garde parce qu’on les aime, mais qu’on ne porte jamais, parce qu’en fait ils ne sont plus très présentables. C’est complètement différent de les bannir du placard pour leur offrir une seconde vie que pour les mettre à la benne.

J’ai donc remplacé petit à petit mes piles de tissus achetés par des caisses de vêtements récup’ à motifs intéressants, matières sympas.. Et c’est comme ça que je me retrouve à habiller ma fille de trois ans avec des matières nobles comme le cachemire, le lin, des pantalons en velours découpés dans ceux de son père, des shorts sortis de vieux polos.. pour un budget réduit, voire nul.

Mon entourage commence à le savoir et me donne régulièrement des vêtements à transformer, tout le monde est content de reconnaître ses vêtements sous une autre forme ! Et je ne marque pas ses vêtements pour la crèche, j’oublie toujours, mais je ne me fais jamais rappeler à l’ordre puisque ma fille possède beaucoup de pièces uniques.

Au fil du temps j’ai découvert de nouvelles matières et définitivement banni le synthétique pour faire place aux matières naturelles, en particulier la laine. J’avoue que j’étais assez nerveuse la première fois que j’ai découpé un pull en cachemire de belle maman. Mais c’était tellement motivant d’en tirer des moufles, des guêtres, un bonnet, une écharpe.. que j’ai récidivé.

Je choisis des patrons simples pour aller assez vite et avoir des vêtement solides, fonctionnels et évolutifs, avec des manches qui se replient par exemple. La garde-robe automne-hiver de cette année pour ma fille était composée essentiellement de vêtements maison qui lui iront encore l’année prochaine.

J’ai cousu tous ses pantalons moi même, un bon nombre de pulls, ses moufles, son bonnet et plusieurs écharpes. Vue l’économie que cela représente, je me permets de lui offrir des vêtements de marques bios et responsables pour ce qu’il me reste à acheter. En priorité d’occasion, et quand je ne trouve pas, je n’ai pas de remords à craquer pour des vêtements éthiques de bonne qualité.

Je remarque de plus en plus cet effet depuis que je fais vraiment attention à consommer moins et mieux : lorsque je m’offre quelque chose, je l’apprécie vraiment. Les achats réfléchis, durables et vraiment utiles sont autrement plus satisfaisants que les craquages compulsifs parce-que-c’est-pas-cher-et-trop-mignon. Ça ne vaut pas que pour le domaine de l’habillement.

Alors c’est vrai, coudre, ça prend du temps, mais plus on en fait, plus on va vite, et c’est du temps de qualité. Pour moi qui déteste le shopping, le choix est vite fait entre ce moment passé à la maison avec ma fille qui joue à côté, un thé et un peu de musique ou une tournée des magasins pour trouver ce dont j’ai besoin.

On apprécie différemment les choses quand on sait le travail qui se cache derrière : depuis que je couds, j’ai vraiment des remords à acheter du textile de grand magasin produit dans des conditions déplorables. Quand on sait la concentration que ce travail demande, la précision nécessaire et la fatigue physique (les yeux, le dos..) qui en découle, on réfléchit à deux fois avant d’acheter un t-shirt à 5 euros, qui ne peut pas avoir été produit dans de bonnes conditions.

Même si on ne se met pas à la couture, on peut adopter un comportement responsable au niveau de l’habillement en suivant quelques principes :

  • réduire : trois manteaux, vingt t-shirts ? Est-ce nécessaire ?
  • réparer pour prolonger la durée de vie du vêtement
  • acheter d’occasion, échanger
  • privilégier les labels responsables et transparents
  • bannir la fast fashion
  • privilégier les basiques intemporels pour assurer une durée de vie la plus longue possible aux vêtements

Pour ceux qui sont tentés par l’upcycling

Voici un petit tuto pour transformer des manches de pulls adulte en pantalon pour enfant :

  • On découpe les manches en suivant les coutures
  • On coupe deux triangles pour le devant et les fesses
  • On assemble le tout
  • On coud un tunnel au niveau de la taille pour y passer un élastique, ou on coud une ceinture en tissu stretch pour un confort maximum (dans ce cas attention de choisir des matières qui se lavent à la même température)

 

Au besoin on peut raccourcir les manches, avec le bout on peut faire des chauffe poignets ou des jambières!
Cette méthode à l’avantage d’être peu gourmande en tissu et vraiment rapide. Avec le reste du pull, on peut encore faire un haut, ou un autre pantalon en suivant un patron plus élaboré.

Astuces:

  • Incorporer les détails du vêtement existant dans le nouveau vêtement: poches, coutures apparentes, plis, boutonnières…
  • Respecter le droit-fil pour assurer la longévité de vos créations
  • Respecter les utilisations des tissus selon le patron: tissu stretch pour faire des t-shirt ou des pulls, choisir un patron de pantalon adapté à un tissu non étirable pour utiliser du jean, du lin ou du velours..
  • Pour la laine, attention de ne pas trop bouger le tissu lorsqu’il est découpé. Au mieux, surjetez-le tout de suite ou faîtes une couture zigzag rapide pour stabiliser les bords.
  • Penser à la place pour la couche pour les pantalons enfants, surtout si vous êtes en lavables
  • Le vêtement est trop large? En faisant un pli on peut le rétrécir facilement, et c’est joli!
  • Utiliser les parties élastiques: le col d’un pull adulte peut servir de ceinture pour un pantalon enfant, par exemple
  • Récupérer les boutons, élastiques et fermetures éclairs avant de se débarrasser de ce qu’il reste du vêtement

Quelques exemples d’upcycling:

Laisser un commentaire

Qu'en dites-vous ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.