optimisations des courses

Premier obstacle, première leçon : check

Hier mon cher mari est allé faire les courses. Je lui ai fait quelques commandes et glissé dans les mains un tupperware au cas où il aurait envie de viande à la coupe.

A son retour, il me prévient : “j’ai pas pu optimiser”. Bon.

Je déballe les provisions.
La viande est emballée dans des papiers individuels, mis dans un sac en papier. Les bananes et les avocats aussi. La salade transportée dans un sachet plastique. Je découvre des tomates, du concombre, un paquet d’essuie-tout et des compotes non bio et avec du sucre ajouté.

Mon sang ne fait qu’un tour et j’enclenche le mode harpie.
Il m’explique que le boucher n’a pas compris sa demande de tupperware (il ne parle pas Allemand), qu’il n’a pas trouvé les compotes bio.

J’essaie de me raisonner. Je me rappelle à moi-même que c’est moi qui ait décidé de me lancer dans cette démarche, toute seule comme une grande, sans lui demander son avis. Ce n’est pas parce que j’ai eu une illumination soudaine qu’il était temps d’adopter un mode de vie plus durable après des décennies à manger des salades composées toute l’année, du surimi et des tonnes de produits emballés, que je suis en droit d’attendre de lui qu’il la partage. Qu’il bouleverse toutes ses habitudes du jour au lendemain.

Mais je suis quand même déçue et en colère. Je suis tellement à fond dans mes efforts que ça me met en boule que deux tomates et des essuie-touts viennent troubler la fête. Je crois aussi qu’une part de moi est un peu triste de ne pas vivre cette aventure en famille. Non pas que ma moitié s’en foute de ce qu’il ingère ou de la planète, mais je sens bien qu’il n’est pas prêt à tous les compromis. Qu’il trouve cela très bien que je me lance là-dedans mais sans envie de s’y impliquer plus que cela.

Au final, je fais la gueule pendant une bonne demi-heure – le temps de digérer – tout en ayant bien conscience d’être parfaitement injuste.
Je réalise que si je veux pouvoir adopter de nouvelles habitudes sereinement et sans me prendre (trop) la tête, il va falloir que je ménage la chèvre et le chou qui partagent aussi ma maison.

Edit : un mois et demi après

La semaine dernière, pendant une absence d’une semaine, mon mari me dit « j’ai fait les courses. J’ai essayé de limiter le plastique, tu sais ». Joie dans mon coeur, tout vient à point…

D’après les témoignages que je lis ou entends, ça reste souvent la femme dans les couples qui donne l’impulsion.

Probablement parce que, aujourd’hui encore, c’est elle qui s’occupe majoritairement de la logistique quotidienne comme les courses ou prévoir le menu. C’est donc logique qu’elle initie le mouvement. Je ne suis pas sure que si un homme venait dire à sa compagne qui s’occupe de presque tout « à partir de maintenant, je pense « qu’on » devrait faire quatre magasins pour acheter bio et local et passer deux fois plus de temps en cuisine pour faire que du maison, ah! et on va acheter une machine à coudre et une formation en chimie pour passer au lavable et doubler les machines » ça passe crème. Mais je me trompe peut-être !
Alors qu’est ce qu’on fait quand on met beaucoup d’énergie à changer les choses et que ça passe complètement au dessus de celui ou celle qui partage notre vie (puisque le schéma peut aussi tout à fait être inversé) ou pire qu’il ou elle prend un malin plaisir à nous saboter et à se moquer de nos efforts (ce qui, fort heureusement, n’est pas le cas chez moi) ?
Difficile à dire…cela dépend de la dynamique au sein de chaque famille.
Pour ma part, je suis plutôt partisane du « à te regarder ils s’habitueront  » mélangé à un « si ça te plait pas, fais autrement ». C’est-à-dire que je fais les courses en fonction de mes nouvelles aspirations. Si ma moitié a besoin de quelque chose que je n’achète plus, ou qu’une de mes nouvelles habitudes ne lui convient pas, je lui laisse prendre les devants. En règle général, il s’adapte sans problème !

Laisser un commentaire

Qu'en dites-vous ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.