Recycler ses restes de bougies

La lueur d’une bougie a quelque chose d’apaisant, l’ambiance d’une pièce change tout de suite lorsque l’on allume quelques bougies.

L’hiver particulièrement, j’ai du mal à m’en passer. Et puis en Allemagne, il y a la sacro-sainte couronne de l’Avent et ses quatre bougies, pratique assez gourmande en cire. J’en ai donc une consommation plus élevée que j’aimerais, mais je ne veux pas me priver des rituels que je lie aux bougies.


Ma première étape vers une consommation plus responsable a été de ne plus acheter de bougies chauffe-plat dans les socles en aluminium, j’en ai choisi un lot en terre cuite, que je recharge. J’ai ensuite commencé à refondre les restes de cire pour en faire de nouvelles. Maintenant que j’ai trouvé une technique qui me convient, je vais demander à mon entourage de me garder leurs restes, ça permet de réduire leurs déchets par la même occasion.
Je fais également plus attention aux bougies que je choisis (en fait j’achète au maximum celles de l’apiculteur du coin), car toutes ne se valent pas, et certaines ont même une composition franchement douteuse. La plupart des bougies que l’on trouve dans le commerce traditionnel sont à base de paraffine, un dérivé du pétrole, qui dégage des substances polluantes à la combustion. D’autres sont à base d’huile de palme, très bon marché, dont l’exploitation engendre une déforestation massive des territoires ou elle est cultivée. La plupart des bougies classiques contient aussi des colorants et des additifs (par exemple pour parfumer) nocifs pour la santé. Il faut donc bien veiller à aérer régulièrement son logement lorsque l’on utilise des bougies.
Ma ligne de conduite en ce moment donc : bougies en cire d’abeille à l’intérieur et recyclage de tous les restes pour les lanternes et photophores dehors. J’ai encore un stock de bougies douteuses, je les consume. Et je préfère l’idée d’utiliser les restes qu’on me donne plutôt qu’ils n’aillent à la poubelle, même si ce ne sont pas des bougies de grande qualité. Jeter quelque chose dont la production a mobilisé des ressources me paraît vraiment contre productif.

C’est parti pour mon tuto :

Il vous faut:

    • des petits bocaux en verre, type pot de yaourt ou petit pot de confiture, j’ai aussi rerempli des supports de bougies chauffe-plats en alu
    • du fil (100% coton) pour les mèches (vous faîtes du crochet ? Il y a des chutes ? Ne les jetez plus!)
    • quelques cure-dents / bâtonnets semblables, faîtes les fonds de tiroir, on a tous une vieille baguette chinoise qui traine..
    • un gros bocal en verre dans lequel on va fondre la cire
    • une casserole pour le bain marie

Pas à pas:

    • Commencer par casser les restes de cire pour qu’ils entrent dans le gros bocal. Éventuellement trier par couleur.
    • Mettre un peu d’eau dans la casserole, poser le bocal au centre et chauffer (feu moyen suffit). J’ai bien dit: poser le bocal et ensuite chauffer, vous ne voulez pas que votre bocal casse à cause du choc de température.
    • Préparer les mèches : couper des morceaux de fils à la bonne longueur, les nouer sur les cure-dents, puis les poser sur les verres.
      Pour qu’ils restent assez tendus pour que la mèche aille jusqu’au fond de la bougie, plusieurs options :
      1. Tremper le fil dans un peu de cire fondue, le tendre avant que cela ne se solidifie, puis l’installer dans le récipient qui va devenir une bougie. Sur cette variante il faudra ensuite verser doucement la cire, pour éviter que votre mèche ne se ramollisse complètement
      2. Alourdir le fil, j’ai déjà fait ça avec des éclats de coquilles de noix que j’avais sous la main, soyez créatifs!
      3. Réutiliser les morceaux prévus à cet effet dans les bougies chauffe-plat que vous possédez encore (après combustion de la bougie, cela va sans dire!) Si quelqu’un sait comment s’appelle ce morceau, je suis preneuse.. Je les ai décollés du support, passé un cure-dents dedans puis un fil, et refermés en appuyant un peu dessus.
    • Une fois que la cire est liquide, on protège ses mains, on attrape le bocal et on commence à verser. Je prépare plusieurs bougies et je remplis chaque pot petit à petit. Si vous faîtes une fournée par couleur, vous aurez des bougies rayées ! Laissez refroidir entre chaque couleur et versez simplement la suivante par dessus.
    • Laisser refroidir, couper les mèches à la bonne longueur. Après quelques heures, le grand test!

Attention :

Protéger la surface de travail. Une vieille planche en bois, un magazine.. Ca goutte facilement et on a vite de la cire partout, surtout lors des premiers essais.
Les outils nécessaires restent destinés à cet usage chez moi, parce que j’ai certaines bougies dont la composition est probablement douteuse, je ne prends pas de risques. J’utilise une pince et les cure dents plusieurs fois. Pour la casserole, c’est mieux d’en utiliser une vieille aussi dans laquelle on ne cuisine plus.
On économise de l’énergie en faisant de grosses fournées !

Comme je l’ai dit en début d’article, il n’est pas vraiment question pour moi de stopper les bougies. Mais en faisant quelques recherches, j’ai tout de même décidé de réduire ma consommation. Même en choisissant des bougies éco-responsables, toute combustion engendre en elle-même déjà une pollution. Il faut garder ça en tête et trouver le juste milieu pour soi.

Une réflexion sur “ Recycler ses restes de bougies ”

  1. Super article pondéré de remarques éclairées qui réchauffent ! Merci pour cette conscience consomm’actrice qui motive à sauter le pas !

    Répondre

Qu'en dites-vous ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.