La fin de vie toxique de notre électronique

50 millions de tonnes aujourd’hui soit l’équivalent en poids de tous les avions jamais construits ou de 4500 tours Eiffel.

120 millions d’ici 2050 1.

C’est la quantité de déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) produits chaque année dans le monde.
Forcément, entre la transition numérique, l’essor de la high tech et des objets connectés et compagnie, on consomme de plus en plus d’équipements électriques et électroniques (EEE) – électroménager, appareils numériques, TV, perceuse, thermomètre électronique, lampe, etc – et on en jette donc de plus en plus.

Ils représentent désormais la principale source de déchets, et celle qui augmente le plus vite selon une étude de 2015 de l’UNEP 2.

Lire la suite de La fin de vie toxique de notre électronique

[DOSSIER] Contre la pollution numérique : la sobriété

“La pollution numérique est différente des autres pollutions en cela qu’elle n’a pas de “coupable” unique et identifié, comme l’industrie pétrolière ou agroalimentaire. Ici, le responsable est l’usage commun, nous sommes tous concernés.ées”

Ines Leonarduzzi, CEO de Digital For The Planet

La pollution numérique n’est pas aussi spectaculaire que celle du plastique. Pas de photos de plages jonchées de déchets, de fleuves charriant les détritus ou de tortues asphyxiées.

Lire la suite de [DOSSIER] Contre la pollution numérique : la sobriété

La transition numérique, un atout pour l’écologie ?

Nos sociétés vouent un culte à l’innovation. Le récit de la technologie salvatrice, celui du progrès à tout prix et la conviction que, quoi qu’il arrive, nos cerveaux humains plein de ressources réussiront toujours à trouver une solution technique à ce qui se dressera devant nous font partie de nos mythes fondateurs.

A ce titre, nous misons beaucoup d’espoir dans le numérique pour nous tirer du mauvais pas climatique.

Lire la suite de La transition numérique, un atout pour l’écologie ?

Le coût humain de la transition numérique

On s’imagine parfois que numérique rime avec dématérialisation. La transition numérique nous aurait fait rentrer dans une ère post-industrielle, peuplée de machines travaillant toutes seules, de nuage invisible et d’autres intelligences artificielles.

En réalité, on est en plein dedans, dans l’industrie. Une industrie bien polluante, celle de l’extraction minière, qui n’a fait que s’accélérer ces dernières années avec l’explosion du numérique mais aussi la supposée « transition » énergétique vers les énergies renouvelables.

Lire la suite de Le coût humain de la transition numérique

[Sobriété numérique] Bonnes pratiques pour un usage plus responsable du web

Quel temps fait-il demain ? Google
A quelle heure est le prochain bus ? Google
C’est quoi le lien pour checker mes comptes bancaires déjà ? Google
Comment ça se fait une sauce au beurre blanc ? Youtube
Ça ressemble à quoi le Ghana ? Google Images
Y’a quoi comme resto dans le coin ? Google Maps
Elle est où cette facture déjà ? Dropbox.

Lire la suite de [Sobriété numérique] Bonnes pratiques pour un usage plus responsable du web

[Sobriété numérique] Limiter l’impact des appareils numériques, premier responsable de la pollution numérique

Le Nokia 3310.

Dans mon souvenir, LE premier portable « mainstream ».

Que de révolutions depuis. Les smartphones, les tablettes, les écrans tactiles, le wifi, les applis, les montres et autres objets connectés et j’en passe.  L’ère de l’objet “intelligent”, toujours plus rapide, toujours plus puissant.

On en accumule de plus en plus. Aujourd’hui, chaque personne possède en moyenne 3,3 terminaux connectés.

Mécaniquement, la production des équipements numérique n’a cessé de croître ces dernières années. Selon Green IT l’univers numérique sera multiplié par 5 entre 2010 et 2025 et les ventes d’objets connectés multipliées par 48 !

Et ces nouveaux appareils plus beaux, plus performants, plus grands, plus tout, sont aussi de plus en plus polluants.

C’est simple, les terminaux sont de loin les principaux coupables de la pollution numérique (65%).

De par la nature et la provenance des matériaux qui les composent (minerais rares, métaux lourds, substances chimiques et dangereuses…), l’énergie nécessaire à leur utilisation et la difficulté de leur recyclage, les appareils numériques ne peuvent pas être écologiques. Ce sont mêmes les objets manufacturés parmi les plus toxiques pour l’environnement.

Ainsi, la fabrication d’un ordinateur de 2kg nécessite 800 kg de matières premières et entraîne une émission de 124 kg de CO2.

Nous avons créé une fiche listant les différentes actions que nous pouvons tous prendre pour diminuer la pollution numérique, proposées, à télécharger gratuitement (et à partager autour de vous).

Lire la suite de [Sobriété numérique] Limiter l’impact des appareils numériques, premier responsable de la pollution numérique